L'HADOPI a publié ses premières propositions pour lutter contre le streaming. Elles s'inspirent, sans surprise, et comme le relève Numerama, du projet de loi américain PROTECT-IP. Au menu, donc, des propositions visant les services de paiement et, parions-le sans trop de risques, les autres fournisseurs des services visés.

Une démarche qui représente un péril majeur. Le projet PROTECT-IP reprend en effet, de manière troublante, tous les instruments utilisés par le gouvernement des États-Unis dans sa lutte contre Wikileaks recensés par Yochai Benkler.

Souvenez-vous de l'affaire jeboycottedanone. Les responsables de ce site de protestation contre le grand groupe agro-alimentaire avaient été poursuivis pour contrefaçon de marque avant d'être relaxés au nom de la liberté d'expresion. Si le gouvernement suit les préconisations de l'HADOPI, il faut donc s'attendre à des atteintes d'une toute autre ampleur, peut-être en premier lieu contre Wikileaks, que le ministre de l'industrie souhaitait voir interdit en France en décembre 2010.